Programme d'appui à la Fédération Sénégalaise des Habitants

Projets / Reconstruction de la banlieue de Dakar

Le programme d'appui à la Fédération Sénégalaise des Habitants a pour but de développer la capacité d’aménagement urbain et d'amélioration de l'habitat des habitants des quartiers précaires de la banlieue de Dakar.

Mis à jour le
Localisation
Sénégal
Début
2009
Statut
En cours
Organisation
  • urbaMonde-Suisse
  • urbaMonde-France
Contact
Bea Varnai
Budget
160000 CHF
Bailleur de fonds

Depuis la fin des années 1980, la banlieue de Dakar subit des inondations récurrentes générant des dégâts considérables, notamment dans la commune de Djiddah Thiaroye Kao (DTK), et dans d'autres communes de la banlieue. Pendant près de 20 ans, certaines zones d’habitat restaient inondées plusieurs mois par année, obligeant une partie de la population à abandonner son logement, le reconstruire ou bien à vivre dans des conditions particulièrement précaires présentant des risques sanitaires importants.

A partir de 2007, urbaMonde s'est associé à des acteurs locaux - des habitants organisés dans un collectif d'associations (CADDTK), ainsi que des professionnels de l'urbain sénégalais qui cherchait depuis 2005 des solutions durables aux inondations recurrentes - pour renforcer les capacités d'aménagement, de prévention et gestion des risques d'inondation des habitants des quartiers précaires.

Cette collaboration a donné lieu à un processus de planification participative pour la commune de DTK et à l'émergence d'un mouvement citoyen organisé dans la Fédération Sénégalaise des Habitants (FSH) et son ONG d'appui technique, UrbaSEN.

Cette fédération d'habitants compte aujourd'hui près de 5000 membres organisés dans 230 groupements d'épargne, composés majoritairement des femmes, et est implantée dans une quinzaine de Commune de la banlieue de Dakar et dans les régions de Thiès et Louga. Elle est membre de Slum Dwellers International, un réseau d'habitants des quartiers précaires présent dans 32 pays à travers l'Afrique, l'Asie et l'Amérique latine. La FSH revendique une gouvernance urbaine locale et participative et vient combler un véritable vide dans la chaîne de construction de la ville: la participation des habitants. En effet, les attentes et les besoins des populations des quartiers irréguliers n’étaient que très partiellement pris en compte et les habitants peu écoutés.

Phase 1 (2010 - 2013) Réduire les risques hydrauliques et fonciers par une planification concertée de la commune DTK (urbaDTK1)

À partir de 2005, l’État a lancé un plan d’urgence, le plan Jaxaay, qui visait à reloger les populations touchées par les inondations dans une nouvelle cité située à 30 km de Dakar et à construire des bassins de rétention sur les emprises libérées. Cependant, ce projet s’est avéré insuffisant et parfois déconnecté des besoins : une partie de la population n’était pas prise en charge et certains habitants se sont opposés aux relogements. Des habitants se sont alors mobilisés pour trouver des solutions durables à ce problème social, urbain et environnemental.

Avec l’appui d’une équipe technique locale et de l’ONG suisse urbaMonde, les populations touchées par les inondations ont alors mis en place le projet UrbaDTK1.L’objectif était d’appuyer la restructuration des quartiers irréguliers de la commune de Djiddah Thiaroye Kao, l’une des communes les plus touchées par les inondations, à travers une planification urbaine participative centrée en priorité sur la gestion des risques hydrauliques et la sécurisation foncière. Des efforts considérables ont été fournis en ce sens pour renforcer les capacités locales en matière d’aménagement urbain et d’infrastructures hydrauliques et pour fédérer les habitants autour des problématiques urbaines. En parallèle, les professionnels de l’urbain et les habitants ont conduit un plaidoyer à tous les niveaux de l’État du Sénégal afin de mieux faire comprendre l’origine et les causes des inondations ainsi que de propopser des solutions.

Le projet UrbaDTK 1 a permis de formaliser les propositions des habitants dans un plan d’urbanisme et un plan d’investissement prioritaire pour la commune de DTK et de réduire le risque foncier par un cadastre et un recensement communal. Le projet a également permis de mettre en place un Bureau Municipal d’Urbanisme (BMU), le premier au Sénégal, amenant de véritables compétences en matière d’aménagement urbain à la Mairie de DTK. Jusque là, la commune, rassemblant pourtant plus de 150 000 habitants, ne possédait pas de cartographie municipale. UrbaSEN et le BMU ont pu coordonner une vaste enquête de terrain, permettant d’identifier et cartographier plus de 6000 parcelles.

Innondation à Dakar

Phase 2 (2014 - 2017) Reconstruire 200 maisons inondées de la commune de DTK (urbaDTK2)

Le plan d’urbanisme participatif réalisé durant le projet UrbaDTK1 proposait une série de mesures pour l’amélioration des conditions de vie des habitants de la commune de DTK, notamment dans le but de mieux maîtriser les risques d’inondations et de sortir les zones habitées hors d’eau. Si certaines de ces mesures exigaient des investissements importants de l’État et dépassaient l’échelle d’action des municipalités et des groupes habitants, le projet UrbaDTK_2 avait pour ambition d’appuyer la société civile pour assurer une reconstruction durable de l’habitat.

Il devait apporter des solutions pour accéder à financements abordables ainsi qu’un appui technique aux habitants des quartiers précaires. Face à l’absence de solutions d’amélioration de l’habitat, notamment pour les habitations endommagées par les inondations, c’est donc l’action citoyenne structurée par la FSH et encadrée par des professionnels qui est venue relier et prolonger l’action de l’État dans les quartiers précaires.

Les projets de reconstruction et d’amélioration de l’habitat renvoient à des ouvrages relativement modestes, sans grande prétention architecturales et peu perceptibles sur le plan paysager mais à fort impact social. Les projets sont formulés par les membres des groupes d’épargne affiliés à la FSH, validés par ces derniers et le comité de crédit de la FSH.

Chaque chantier est accompagné par l’équipe technique d’urbaSEN tout au long du processus de chiffrage, de suivi et de réception du chantier. 213 ménages à faibles revenus ont pu bénéficier du projet UrbaDTK2, en obtenant un financement auprès du fonds rotatif de la FSH pour reconstruire leur habitation avec l’appui technique d’urbaSEN.

Phase 3 (2018 - 2021) Consolider la Fédération Sénégalaise des Habitants et améliorer 400 maisons

La FSH mobilise et fédère ses membres pour faire entendre leurs voix auprès des collectivités publiques et défendre leurs intérêts en matière d’accès à un habitat digne et durable. Elle se charge de tous les aspects communautaires tels que le partage d’informations, l’admission des nouveaux groupes et le choix des bénéficiaires dans le cadre des projets liés à l’amélioration du cadre de vie des habitants des zones urbaines précarisées.

L’innovation réside dans la mise en commun de l’épargne à l’échelle de la fédération. Cette mise en commun permet d’alimenter le fonds rotatif pour la reconstruction qui a pour ambition d’être pérenne. Elle nécessite et suscite à la fois la prise de conscience par les membres de la Fédération, qu’ensemble, ils disposent d’un plus grand pouvoir d’agir : Mboolo Mooy Doole, l’Union fait la Force, tel est son slogan.

UrbaSEN et la FSH gèrent également une briqueterie de quartier approvisionnant les chantiers en cours, permettant de produire des matériaux de construction de qualité, à un prix favorable et de favoriser la formation d'artisans locaux. De plus, une formation technique est dispensée aux artisans-macons ainsi qu'aux membres des groupes d'habitants, chargées, quant à elle, à suivre le chantier et avertir en cas de problèmes.

Depuis 2015, la FSH est membre du réseau Slum Dwellers International (SDI), porteur de la voix des populations urbaines pauvres de 32 pays, organisées en fédérations de groupes d’épargne. Le «modèle SDI», qui consiste à mobiliser les populations urbaines pauvres pour améliorer leur habitat à travers le rituel d’épargne solidaire, la collecte de données et le plaidoyer politique, a fortement inspiré la création de la FSH et la vision d’urbaSEN en tant qu’organisation d’assistance technique au service des habitants.

La banlieue de Dakar vue du ciel

Comment fonctionne la FSH ?

La parole aux habitants

Aida et l'aire de jeu "Takku Tekki" :

Astou, bénéficiare d'un prêt à la reconstruction :

Khadiatou, bénéficiaire d'un prêt à la reconstruction :

Aissata Talla, présidente de la FSH, présente son groupe d'épargne PENC 1 :

Un artisan-macon explique le fonctionnement de la briqueterie de quartier FSH :